samedi 5 mai 2018

Déjeuner au Quinzième de Cyril Lignac (15 ème).

Façade restaurant le Quinzième de Cyril Lignac.
Salle du restaurant le Quinzième par Cyril Lignac.

Encore un disciple d'Alain Passard  sur mon blog, à moins de venir d'une autre planète vous connaissez forcément le beau gosse télévisuel nommé Cyril Lignac, je connaissais ses pâtisseries maintenant c'est au tour de son restaurant gastronomique d'être testé. Premier point  à signaler j'ai trouvé la salle un peu austère je m'attendais à quelque chose de plus convivial mais c'est assez fréquent  dans les restaurants étoilés on ne pourra pas dire qu'il bouscule les codes mis à part la musique lounge et jazzy en fond sonore ce qui est assez rare dans ce genre d'établissement, tout semble calibré pour recevoir des récompenses, à noter que le personnel est sympathique et pas trop guindé. Fidèle à mes habitudes je prends le menu déjeuner (69 euros).

Tartelette au tartare de boeuf simmental, sauce soja et wasabi.

Premier amuse bouche sous la forme d'une tartelette c'est un tatare de bœuf Simmental sauce soja et wasabi, le bœuf est de qualité, il doit y avoir du parmesan dans la pâte mais rien d'extraordinaire sinon.

Croustillant crevettes grises.

Un bon point pour le second amuse bouche un croustillant aux crevettes grises aux notes asiatiques, c'est vraiment top.

Cromesquis au foie gras.

Dernier amuse bouche, un cromesquis au foie gras qui est plus conventionnel mais très fin.


L'entrée qui est imposée se nomme champignons rosées de Saint-Ouen l'Aumône en tarte, jus de volaille compotée d'oignon doux des Cévennes, les champignons ont une belle texture, le jus est bien réduit mais rien de renversant.

Pigeonneau royal gratiné au miso rouge, condiment ail noir d'Aomori, fines ravioles à l'oseille et crème d'aubergine fumée.

En plat entre le pigeonneau et le cabillaud je prends le volatile, c'est un pigeonneau royal gratiné au miso rouge avec un condiment ail noir d'Aomori et fines ravioles à l'oseille avec une crème d'aubergine fumée, premier point c'est un peu chiche niveau portions même si gustativement  c'est un beau plat, il y a juste les ravioles qui s'accordent assez mal avec la viande, la sauce est encore une fois de belle facture.

Sorbet pomme émulsion gingembre.

Pour se rincer le palais un pré dessert à base de sorbet de pomme et une émulsion au gingembre, très bien.

Tarte soufflée au chocolat, sorbet.

Comme Cyril Lignac est à la fois pâtissier et chocolatier mes attentes étaient élevées pour le dessert, je choisis la tarte soufflée au chocolat et sorbet au cacao de mémoire, malgré l'odeur bien cacaotée c'est une déception, c'est écœurant et ça manque de finesse même si je dois reconnaître qu'il y a du travail derrière.

Mignardises restau!rant le Quinzième par Cyril Lignac.

Pour finir trois mignardises d'on une que j'ai oublié de prendre en photo, une tartelette cassis- chocolat, un chocolat praliné et  une troisième bouchée d'ont j'ai oublié le nom, c'est assez fin.

Conclusion : c'est un bon restaurant comme il y a en plein au final, rien de transcendant, dommage que les portions soient si menues, y retournerais-je? Si je suis en bonne compagnie oui.

Prix du menu déjeuner : 69 euros.
Divers menus : 150 et 180 euros sans les vins.

Restaurant le Quinzième : 14 Rue Cauchy. 75015 Paris. Tél : 01 45 54 43 43. Fermé le samedi et le dimanche. Métro : Javel-André Citroën. Voir site.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous aimerez aussi :